[Tuto] Comment fabriquer ses griffes (greppes) d'établi à la main

Aller en bas

[Tuto] Comment fabriquer ses griffes (greppes) d'établi à la main

Message  vincent91 le Mar 5 Fév 2013 - 0:04

Bonjour à tous,

Ce tuto provient au départ d'un fil consacré au surfaçage de mon établi. Vincent91 a poster deux messages sur la fabrication de greppes d'établi très intéressants et plusieurs membres ont proposé que ces explications soient rassemblé au sein d'un Tuto. Voilà qui est fait !

Bonne lecture,
Amicalement, Damien58.






Bon, ça m'apprendra à me taire... parce qu'en fait j'en ai déjà fait mais pas pour mon établi, et du coup il faut que je recommence.
Mais bon, tout le monde est tellement sympa que je m’exécute


D'abord, mon établi n'étant pas pourvu de mortaise pour les benchdogs, je vais faire un faux établi, en pratique un bout de bois épais percé d'une mortaise.
Idéalement, c'est en construisant l'établi qu'on réalise cette mortaise, ou plutôt la série de mortaise faisant face à la presse de bout de façon a pouvoir bloquer des pièces de toutes longueurs entre le bendog de l'établi et celui de la presse.

On les fait avant d'assembler le plateau de l'établi, en rainurant à la défonceuse la bordure d'un des éléments qui constitueront ce plateau. Après quoi on colle les éléments ensemble pour constituer le plateau. Détail important: les mortaises sont inclinées à trois degrés de la verticale pour mieux résister à la poussée (ce qui leur évite toute tendance à sortir de la mortaise sous la poussée.
J'ai reproduit ce schéma en plus simple et un peu baclé puisqu’il n'y a ici qu'une seule mortaise faite à la scie ruban. Je colle les deux élements ensemble comme on collerait le plateau de l'établi






Maintenant que j'ai la mortaise, je vais faire le bench dog.
On prend un bois dur à grain fin type hetre, acacia, mais le chêne ou le frêne vont aussi, ici j'avais un bout d'alisier que j'ai donc utilisé.
Je dresse deux cotés (au rabot ma pièce étant bien petite passer à la degau sans danger) et je reporte dessus les dimensions de la mortaise, face et profil. J'ajoute une surepaisseur de 4-5 mm qui va élargir la tête du benchdog qui doit être est plus grosse que le reste, pour que le bench dog ne puisse pas passer à travers la mortaise.






Une fois le tracé fait, deux coups de scie ruban, et voilà le benchdog.




Il faut bien sûr ajuster le benchdog à sa mortaise pour qu'il coulisse, librement mais avec le minimum de jeu. je joue du rabot et je tester jusqu'à ce que ça aille.

Quand le benchdog coulisse correctement, évidement la tête qui est plus grosse ne rentre pas. Il faut agrandir le haut de la mortaise pour lui faire un logement. Je marque donc la limite de la tête sur le haut de la mortaise (j'ai vérifié que je ne me suis pas trompé dans l'orientation du benchdog: je rappelle qu'il est incliné de 3° pour arc-bouter la poussée de la presse.




Pour agrandir le haut de la mortaise, c'est simple: ciseau et maillet.
mais pour que la tête s'efface juste dans l'établi et pas plus bas, je fais un repère de profondeur sur le ciseau: un ruban adhésif de couleur ajusté à la hauteur de la tête du benchdog.
Et en avant pour le ciseau: ce n'est qu'un agrandissement de mortaise de quelques mm et ça se fait tout seul. Le petit chanfrein (pour loger le chanfrein correspondant de la jonction de la tête- corps du benchdog) se fait tout seul en inversant le sens du ciseau, c'est à dite en orientant le biseau vers la paroi.






Une fois que ça rentre, j'arase la tête un poil au dessous du niveau de l'établi et je fais un mini chanfrein sur toutes les arêtes, sauf celles qui doivent saisir les pièces de bois.






A ce stade, je coupe à longueur la queue du benchdog. Il n'y a pas de longueur précise, il faut que ça dépasse en dessous de l'établi de l'ordre de 6 à 10 cm, mais évidemment si vous faites plusieurs benchdogs, faites les pareil c'est plus classe.


Maintenant , vous avez un benchdog , ajusté pilpoil à la mortaise, génial!
Ben non, pas génial du tout! il ne tient pas à la hauteur qu'on veut, il tombe sous le niveau de l'établi, bref il ne sert à rien. Qu'à celà ne tienne on va lui faire un système de maintien: une lamelle de bois élastique qui appuiera contre la paroi de la mortaise.
Cette lamelle de bois va faire environ 2 mm d'épaisseur et on va la placer sur le coté sur le coté du benchdog, pour ne pas fragiliser ou créer du jeu sur les faces soumises à la pression. Il faut déjà lui faire un petit logement au ciseau sur le coté du benchdog






Maintenant, j'ai de quoi caser une lamelle de bois sur le côté du benchdog, mais il n'y a aucun effet ressort : il faut pour cela que la languette soit inclinée et qu'elle fasse saillie de façon souple.

On va donc faire un plan incliné sur la partie du benchdog située sous l'établi, plan incliné où la languette sera fixée par deux petites vis. Je trace ce plan incliné en prolongement du logement de la languette avec une fausse équerre: angle approximatif 8-10 degrés, sommet de l'angle à peu près au niveau de la limite de l'établi.



Il reste à scier le plan incliné et à adoucir l'angle entre les deux parties du logement de la languette, pour que celle-ci puisse se courber en douceur.

C'est là toute l'utilité d'une bonne râpe piquée main, comme cette petite râpe Auriou à piqûre fine. Si vous n'avez pas cet outil, le ciseau s'impose suivi par le papier abrasif, mais n'utilisez pas une râpe piquée machine (ni une tronçonneuse).






J'ai coupé la lamelle à la scie ruban dans l’excédent de longueur du benchdog. Épaisseur : environ 2 mm, en fait un poil de moins que l'épaisseur du logement réalisé dans le benchdog.
J'ai ajusté l'épaisseur par ponçage,à main levée avec la ponceuse à bande (au rabot ce ne serait pas de la tarte, si vous me passez l'expression). Je la maintien en place avec des pinces serre-joint et je vérifie que l'effet ressort est satisfaisant.






Bon, je vais m'arrêter là, je remets à demain la suite et la fin, notamment l'astuce de Krenov. (ce n'est pas que je m'emm...,mais c'est qu'il se fait tard, disait Desproges).


Suite :


Bonjour à tous,

Bon effectivement, beaucoup d'étapes peuvent se faire à la défonceuse. je ne suis pas passéiste mais dès qu'on est dans la pièce unique ou le prototype, le travail à la main est plus souple, plus facile à modifier, et finalement plus rapide.

je ne sais pas si j'aurai le temps de finir , ce n'est pas long mais le temps m'est compté aujourd'hui.

Je poursuis : il reste à fixer la lamelle sur le benchdog : le plus dur a été de trouver ou j'avais mis mes petites vis (3x16 mm Philips).






Un petit coup de rabot sur les cotés de la lamelle et vogue la galère !




Je teste le benchdod dans son logement et il ne marche pas trop mal. Le problème toutefois est qu'il est difficile d'ajuster la force du "ressort" en bois, laquelle à de surcroit tendance à s'affaiblir avec le temps.

C'est là qu'intervient l'astuce de krenov ( de James Krenov 1920-2009, légendaire ébéniste et enseignant américain d'origine russe et de formation suédoise, adepte d'outils simples et efficaces, si possibles fait par l'artisan)

Krenov renforçait simplement l'effet ressort par la pose d'un petit ressort de stylo à bille derrière la lamelle. Il suffit de forer un petit trou de la taille et la longueur "qui va bien" d'y introduire le ressort et de fixer la lamelle par dessus. L'astuce est de marquer l' emplacement et la longueur du perçage à réaliser.


Donc voilà le ressort (un ressort de stylo-mine jetable, ça tombe bien je déteste jeter!) et le marquage de l'emplacement et de la profondeur du perçage, sur le coté du benchdog, marque que je vais évidemment reporter sur la face à percer.




Il me restera quelques photos du benchdog fini et en fonctionnement, poussé avec un doigt soit par en dessus ou par dessous, pour prouver que je ne racontais pas des craques, mais là il faut que j'y ailles. A cet après midi!



Je termine mon topo. Une remarque de terminologie: je n'aime guère le mot "greppe" qui est proposé comme équivallent français de benchdog. Je ne l'ai trouvé nulle part et il s'agit donc d'un mot technique rare et que peu de gens comprennent. Pour moi c'est une variante locale du mot "grippe" mot dont le sens premier est une chose qui vous "aggrippe", qui vous saisit brusquement, avant qu'il ne se spécialise pour designer une maladie qui justement vous saisit brusquement. S'il faut vraiment traduire "benchdog" (ce dont je ne suis pas sûr) je pencherais plutôt pour l'emploi du mot "griffe". Il est clair, de bon aloi, au moins aussi attesté dans ce sens spécialisé que le mot "greppe", puisque c'est le mot utilisé par Roubo ( l'Art du menuisier, tome 1, 1769).



ou en etais-je ? Il fallait percer un trou pour le ressort de stylo à bille: voilà qui est fait:




On revisse la lamelle:




Pour la photo , un petit coup de ponçage et une couche de fondur cellulosique:





Dernières photos de la "greppe"










Amicalement, Vincent91.
avatar
vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1286
Points : 2537
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum