construction d'un abri en charpente

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  6°sens le Dim 19 Avr 2015 - 23:29

Nos anciens savaient tout de même faire des cathédrales sans tout ce matériel!
Oui, mais ils mettaient du temps pour les construire = 3 siècles pour celle de Saint-Quentin par exemple !!!
On est trop pressés, de nos jours.

_________________
« Heureux sont les fêlés, car ils laissent passer la lumière » M. Audiard
Un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi. Eugène Labiche
Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue. Alphonse Allais

6°sens
Modérateur
Modérateur

Messages : 5672
Points : 12338
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 63
Localisation : Cambrésis

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 8:57

Je m’arrête là pour ce qui est des ancillaires, je parlerait éventuellement des autres accessoires que j'ai du faire ou en situation: échelles,  échafaudages, élingues, butées de pied de montant  et celles que j'ai du me procurer dans le commerce ou en les empruntant: sangles à cliquets, cordes, treuils

On va commencer à voir les assemblages dans l'ordre ou ils ont été réalisés.
Mon bouquin était assez clair sur la nécessite d'un ordre des opérations rigoureux, mais au début j'ai pas mal manqué de rigueur et à la fin j'étais pressé d'en finir si bien que je n'ai pas été un élève modèle, j'ai fait des erreurs qui ont retenti sur la précision.

En fait j'ai appris qu'il y a des phases où la  rigueur et la précision sont cruciales  et d'autres où c'est plus cool. D'autre part il faut se discipliner  pour acquerir les automatismes, des routines  permettant de travailler  sans erreurs. J'en ai fait pas mal des erreursmais pas d'assez  graves pour  m'obliger a refaire une pièce et racheter du bois. En fait si,  j'ai du racheté du bois mais  rien qui m'ai couté beaucoup en fait :  d'abord  j'avais commandé 6 et non 7  grosses poutres de 20x20x500 cm, celles qui ceinturent le haut des montants: il y a bien  3 entraits mais il y a  4 et non pas 3 pannes sablières!. Je ne pensais pourtant savoir  compter  de 1 à 10 depuis que j'ai atteint  l'âge de trois  ans... à l'évidence,   je baisse!. Également  ma distraction m'a fait utiliser,  pour faire un poinçon (pièce verticale  assez courte, 3 mètres et quelques) un bois de même section mais  destinée à  un arbalétrier ( pièce  oblique longue de plus de 4,50 m) j'ai donc du racheter un "arba". Mais dans l'ensemble pas de très grosses erreurs, ce qui m'a un peu étonné, me connaissant... Bon , je vais en montrer quand même une  dans la suite, pour vous faire rigoler  (n'en déplaise à mon égo, vu que je passe vraiment  pour un  c... !)  

Donc il faut respecter un ordre d'opération .
1-Mettre de l'ordre dans l'aire de travail. Avoir le plan à proximité. Préparer  les quelques outils nécessaires  (perceuse, scie circulaire, outils de traçage, outils à main... sur une petite table à sa main. Avoir une poubelle vide à placer  sous le joint à réaliser (pour recueillir les copeaux afin que le jardin reste propre et Dulcinée douce).  
2-Disposer les tréteaux,  avec cales de niveau à proximité .
Placer  les pièces sur les tréteaux en les orientant correctement ( convexité vers le haut du bâtiment ( mes pièces étaient parfaitement droites, je n'ai pas eu ce soucis, merci aux scieries  Jura Supérieur), éviter les  nœuds dans les zones des  joints,  marquer deux faces de références (de préferece  sans arêtes abîmées).
3- Recouper le bout des  pièces dont la longueur doit être precise dès le depart (montants,  sablières)
4-Tracer le joint avec réglet, équerre, et beaucoup de  gabarits (j'en ai fait une brouette, je suis devenu assez bon à ce jeu)
5-Executer le joint. L'idée c'est d'assurer  une précision parfaite  dans les zones d'appui des joints, et de menager avec un peu de jeu ailleurs. Pour assurer ce jeu j'ai utilisé une idée qui parait aller de soi et qui doit être assez commune:  utiliser  le même gabarit pour les parties complémentaires, tenon et mortaises,  et , à l'usinage  enlever le trait de crayon  sur toutes les pièces . L'épaisseur du trait de crayon fournit le jeu voulu. Mes pieces qui sont restées jusqu'à six mois dehors non abritées, mais bien rangées, et ça a bien marché,  je n'ai pas eu de soucis de variation dimensionnelle  ou de déformations génantes.  Pour les parties obliques des joints,  il faut leur donner d'emblée plus de jeu, je l'ai découvert en situation ,  on verra ça plus loin.
6-Assembler le joint. Ça doit rentrer "avec un coup de casquette" disent les menuisiers, et c'est encore plus vrai en charpente ( imaginez la galère, si vous vous retrouvez  sur un échafaudage,  portant à bout de bras une  poutre coïncée  dans une mortaise,  et qui ne veut   ni rentrer à fond ni ressortir!)
7-Verifer que le joint est entré à fond et  qu'il est d'équerre. L'ajuster   si besoin par un "kerfing" .Je n'ai pas trouvé de mot français équivallent alors que la technique est forcement connue ici.  "To   kerf a joint"  c'est litteralement donner   un trait de scie  dans l'interstice d'un joint, à un endroit ou il est trop seré, ou il "touche et empêche un interligne parfait. (petite note linguistique:   kerf, designe  trait de la scie,c'est   un de ces mots  basiques, que tous les anglophones emploient dès l'enfance mais qui , venus du saxon et sans équivalent direct dans notre langue  sont difficiles à repérer et comprendre:  il y a pas mal de  mots de ce type en anglais,  comme  curb :  bordure de trottoir,  taper:diminution de section d'une pièce  etc).
8-Cheviller. On peut soit cheviller à tire ou percer en une fois l'assemblage  l'assemblage mis sous contrainte par  serre-joints ou sangles. Il faut percer bien d'équerre, et mettre en place une cheville provisoire en fer.  Surtout pas une cheville en bois trop enfoncée!  J'ai un souvenir cuisant de mon premier essai: les chevilles de bois sur lesquelles j'avais tapé un peu trop fort se sont  si fortement  coincées  que je n'ai jamais pu les ressortir!  Même après avoir retourné l'assemblage (bonjour les biscotos) et essayé de les refouler par  l'autre côté! J'ai du finalement repercer dedans! C'est là que j'ai décidé de me faire des chevilles de fer dotées d'un  manche, selon le modele vu dans  ma bible, c'est à dire le  bouquin de Ted Benson.  J'ai procédé comme il le recommande, et  percé d'avance mortaises et tenons, et  je n'ai pas eu de problème sérieux pour  replacer les chevilles lors du montage final . On m'a dit (après coup) qu'il est  préférable  de ne percer que la mortaise "en atelier" et de percer le tenon sur site , mais ça ne s'est pas révélé nécessaire,  la methode Benson a bien marché  pour moi.       
 

Assez de parlotte, passons aux photos!Je commence par l'usinage d'un tenon. Il s'agit là du tenon d'une sabliere, poutre reliant deux fermes et reposant en haut d'un mur lorsqu'il yen a un ( une ferme est l'ensemble des pièces     constituant un pignon, ensemble   qui est  généralement assemblé au sol et dressé d'une pièce) . Cette sablière est lourde et j'ai opté pour un tenon épaulé (shouldered tenon), qui peut porter plus de poids qu'un tenon simple
Voila le gabarit utilisé pour  tracer le tenon :

La plupart de mes gabarits sont des morceaux de contreplaqué ou d'isorel mince (5 mm) collé dans   une latte de contreplaqué de 18, latte qui sert à caler le gabarit sur la pièce et où j'ai fait une simple rainure  ( à la scie circulaire sur table).  Les deux bords de l'isorel sont coupés l'un à angle droit (il sert  d'équerre pour rabattre  les tracés sur les autres faces) et l'autre à un angle d'environ 8,5° ou 3/20,  pente choisie pour  l’épaulement oblique ( l'angle précis est sans importance,  il suffit qu'il soit le même sur toutes les pièces). Les découpes intérieures servent à tracer l'épaisseur du tenon sur les autres faces. La encore une précision extrême n'est pas cruciale, car les bois varient de toute façon de largeur en séchant, ce qui est important est de  placer la zone d'appui du gabarit sur une des faces de références des  pièces et ainsi  tenons et mortaises  correspondent exactement .

Je commence par tracer l'épaisseur du tenon en bout puis sur les cotés adjacents:


Dernière édition par vincent91 le Dim 15 Mai 2016 - 20:37, édité 5 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 12:34

Ensuite on trace la ligne de reference de la base du tenon, à 10 cm precis du bout de la piece:(Cette cote  de 10 cm est definie par des encoches dans le gabarit, il yavait déjà plein de trous dedans, je ne pouvais pas en ajouter  d'autres!)
Puis on trace la ligne oblique selon laquelle on va couper l'epaulement et on rabat le tracé sur les autres faces.( Sur la photo, le tracé est simulé:comme on voit  le trait de scie est déjà fait!)

On va commencer le sciage: voici l'outil idéal pour moi: une scie de charpentier Stanley neuve à denture mi-fine (en attendant que j'affute mes Disston qui pour l'heure ne coupent pas grand chose, oui, je sais il faut que je m'y mette,je n'ai pas d'excuse, j'ai tout le matos, même une presse à scie!)
Une chose  importante est d’adopter une bonne technique pour scier droit, Beaucoup d'entre vous connaissent ça c'est une technique valable pour tout  sciage manuel , mais ayant moi-même beaucoup pataugé avant qu'on me donne  le truc je crois utile d'entrer dans les détails pour ceux qui débutent.   Il faut commencer le trait de scie à l'angle de la pièce le plus éloigné de soi, amorcer le trait en tirant doucement en guidant la lame avec le pouce. Ne forcez surtout pas! une lame aux dents aiguës qui saute et qui vous mord le gras du pouce, c’est douloureux, et ... salissant .

Ensuite on abaisse progressivement la scie,  et on entame la surface supérieure. Il faut impérativement garder  la scie calée dans le trait déjà réalisé,  on est ainsi  parfaitement guidé et on peut peut inciser la face supérieure de la pièce  avec précision,  au ras du trait de crayon qu'il faut conserver sur la pièce (divisé en deux  disent les puristes!)

Une fois la face supérieure  incisée, on continue d'abaisser la scie et on entame la face adjacente  située de son coté: toujours avec le même principe: on se sert du trait déjà réalisé comme pour caler la lame et on peut ainsi guider les dents avec précision sur la nouvelle face

Quand on est arrivé à la cote, on se place de l'autre côté de la pièce et on fait la même chose sur l'autre face verticale: en utilisant comme  guidage  le trait de scie réalisé sur  la face supérieure on descend le trait de scie au ras du tracé, toujours en conservant ce tracé sur la pièce.

Une fois les deux faces verticales incisées, on remet la scie horizontale et on descend le trait de scie guidé par les deux traits existants jusqu'à la cote tracée.




On fait la même chose sur l'autre coté de la pièce, pour la deuxième face du tenon. Il faut maintenant dégager le tenon en enlevant du bois. Plutôt que la scie (qui a une denture pour tronçonner (couper entravers du fil du bois et qui ne vaut rien pour deligner  (couper   dans le sens du  fil du bois)  on va utiliser le  ciseau à bois.

J'utilise un ciseau long de charpentier (framing chisel) . Je suis content de celui là, un "Ward"  ( Ward  and Payne à Sheffield ,  une de mes  marques anciennes préférées avec Matthieson ,de  Glasgow). Il a une  longueur suffisante pour la charpente, il est  bien plan, rigide, il tient bien  l'affutage, et il a un  emmanchement à douille (socket)  plus solide que l'emmanchement à "soie" (shank)  usuel sur les ciseaux plus petits .
Le ciseau permet d'enlever rapidement du bois mais il faut rester  à bonne distance du trait sur les premieres coupes  car le fil du bois ne suit pas forcement le tracé et le clivage pourrait mordre sur  le tenon.



Dernière édition par vincent91 le Dim 15 Mai 2016 - 20:41, édité 4 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 13:07

Après avoir retiré le plus gros on prend des copeaux plus fins , qui on moins tendance à filer de façon imprevue et qui permettent de s'approcher de la cote.

Après quoi, quand on est suffisamment près du trait, on va raser celui-ci sur les côtés:

puis sur le bout du tenon, en bois de travers:

Ici on enlève l'épaisseur du trait, pour fournir un jeu suffisant avec la mortaise complémentaire (qui sera tracée avec le même gabarit et dont l’épaisseur du trait de crayon sera également enlevée).
Une fois la cote atteinte sur les côtés on relie les bords en enlevant le bois entre eux:

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  Guilhèlmus le Lun 20 Avr 2015 - 13:16

Zioup,
Ticket.
Une place haut du figuier sycomore, comme Zachée.

@+ Pégui

Guilhèlmus
complétement accro
complétement accro

Messages : 2794
Points : 5473
Date d'inscription : 25/10/2013
Age : 37
Localisation : qpmdf

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 13:36

Je sais pas pourquoi vous voulez des tickets... il y a de la place et l'entrée est gratuite. Bon, sauf si vous insistez bien sûr! Enfin c'est vrai que ça fait plaisir d'être suivi, même si pour le moment ce sont des détails techniques un peu élémentaires qui n'apprendront rien à la plupart des  boiseux aguerris que vous êtes...

J'ai peut-être un peu mélangé les photos de plusieurs tenons. J'ai l'impression que sur la dernière photo, le bois  présente un nœud qui n'était pas sur les premières. Ça m'étonnerait qu'il ait poussé entre temps ...
Bon j'en profite pour dire que le travail au ciseau qui est en général rapide, précis et il faut le dire assez jouissif,  peut être rendu difficile par des nœuds ou un fil de bois irrégulier. Quand on s'aperçoit que le fil du bois est vicelard, le truc est de le rompre par des traits de scie supplémentaires , aussi nombreux que nécessaire.
En voila un exemple  où un seul trait de scie en plein dans le nœud a suffit à éviter les ennuis.


Je dois en avoir de plus belles quelque part mais il faut que je les retrouve...


Dernière édition par vincent91 le Mar 21 Avr 2015 - 14:40, édité 1 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  passionair le Lun 20 Avr 2015 - 13:41

Salut Vincent

Si on veux des tickets , c'est pour être aux premières loges...!

Par contre sur ta méthode....., un petit coup de TS75 avec le rail bien calé..... jesors jesors jesors jesuisdehors
Amlt
Philippe

passionair
complétement accro
complétement accro

Messages : 1033
Points : 1857
Date d'inscription : 26/03/2013
Age : 60
Localisation : 77 et 03

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  JoV le Lun 20 Avr 2015 - 14:05

Bonjour à tous,

Ça promet d’être passionnant.

Vincent, je m’étonne de voir que tu n’a pas un slick (ciseau de charpentier) de 2 pouces et un Stanley No 10 pour les joues des tenons. Tu me sembles peut être un peu sous outillé (je viens de finir de lire le fil, hilarant par endroits, où tu présentes tes rangements d’outils et où tu promets une vue d’ensemble de l’atelier à toutes les pages sans jamais tenir parole… alors petite relance, je suis sûr qu’il ya d’autres curieux.)

Plus sérieusement, quelle essence de bois utilises tu pour ta charpente, c’est du sapin ? Tu l’as peut être (surement) déjà précisé, mais si c’est le cas j’ai oublié, désolé.

Cordialement


JoV
posteur Régulier
posteur Régulier

Messages : 120
Points : 186
Date d'inscription : 01/01/2015
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 14:37

Non non Jov, comme tu l'as remarqué , je ne suis  pas sous-equipé. J'ai  pas mal de bons outils de charpentiers anglais, dont un grand " slick", qui fait un mètre de long,   deux pouces et demi de large et qui doit bien peser  2 ou 3  kg. On s'en sert comme de  notre bisaigüe de charpentier (qui existe aussi en Angleterre:  twibill). Je ne m'en suis pas servi  ici, les  ciseaux de charpentier (20 et 25 mm) dont je me suis servais  étaient assez lourds pour pousser les copeaux sans difficulté  en bois tendre. J'ai aussi un  grand  "swann neck ( bédane en col de cygne) qui sert à planer  les fonds de mortaises, je l'ai essayé mais  ça n'apportait pas grand chose ici, peut être parce que  les mortaises n’étaient pas très profondes . Je me suis servi un peu du "corner chisel",  ciseau  à équarrir les coins avec sa section en L,  mais en fait je trouve les ciseaux standards  plus facile à utiliser (et à affûter). Pour ce qui est des guillaumes, j'ai sorti mon  gros Record d'un pouce et demi environ qui est idéal pour la charpente, je l'ai  utilisé , mais pas partout, plutôt,   comme dit l'histoire corse , avec  parcimonie et à bon escient.

Je reconnais que j'ai du goût pour les outils,  un peu plus qu'il n'est nécessaire pour travailler, sans être pour autant un collectionneur  obsessionnel (en anglais: tool junkie! ).  Pour travailler j'en utilise le minimum,mais toujours bien adaptés  au travail en cours . C'est l'avantage   d' avoir beaucoup d'outil ( enfin  peut-être).  

Ma charpente est en résineux, probablement  de l’épicéa.  Cette essence  est la  spécialité des scieries du groupement " Jura Supérieur",  et comme  le bois avait un peu  de résine, je suis sûr que ce n'est pas du sapin,  qui en  est dépourvu.  Les trois  autres familles  présentant de la résine  ( pin,  meleze, et Douglas) me paraissent peu probables.
 
Passons à la mortaise
L'outil traditionnel pour enlever la masse de bois d'une mortaise est  le vilebrequin, mais il est plutôt fatigant il faut le dire.

La perceuse filaire le remplace avantageusement:
.
Je n'ai pas utilisé la petite perceuse de 500W montrée sur la photo,  elle peinait  à tourner cette énorme mèche , j'ai  utilisé mon perforateur Bosch de 700W ,  percussion débrayée bien sûr
La mèche fait 32 mm, elle est  de  Marque Armeg (?) modèle "Wood Beaver". Elle est dotée d'une vrille tractrice et de quatre lèvres  de coupe, elle est très efficace même si le travail n'est pas très propre . Le  prix est  raisonnable pour une mèche de cette taille( 12.95 £,  environ 17 € dans le dernier catalogue Axminster).  
Vous la voyez à l’œuvre ici
Elle permet de chevaucher les trous ce qui laisse moins de bois à enlever au ciseau.


Dernière édition par vincent91 le Mar 21 Avr 2015 - 17:17, édité 2 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  oliver67 le Lun 20 Avr 2015 - 17:52

Nom de diou, je me régale de vous lire. C'est du pti lait qu'on boit ici, comme la mirabelle de mon poto Gus le lorrain.

oliver67
complétement accro
complétement accro

Messages : 955
Points : 2063
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 41
Localisation : de l'autre côté des Vosges

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  sangten le Lun 20 Avr 2015 - 19:18

tiens, puisque t'en parles si bien, Olivier, ben si t'en apportais un peu de la mirabelle de ton poto, je crois que ça plairait à ceux qui sont sur le terrain, pas vrai Vincent ?
Après le boulot, bien sûr, et sans conduire.

_________________
La perfection est atteinte lorsqu'il n'y a plus rien à retirer. Aphorisme Zen
Le monde phénoménal est un geste de l'Ultime (12e Tai Situpa)
Si un moustique se pose sur ton testicule, demande-toi d'abord si la violence est la solution. Proverbe chinois.

sangten
Modérateur
Modérateur

Messages : 6013
Points : 11272
Date d'inscription : 23/01/2013
Localisation : Tarn et garonne

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 20:05

olivier 67:
Si tu fais circuler de la mirabelle de Lorraine, c'est moi qui prends mon ticket!.  A boire avec Modération évidemment ,  sans compter  Parcimoni et Abonessian déjà mentionnés,   et tous les  amateurs de bonnes choses, on risque d'être nombreux!  
Philippe:
Je n'ai qu'une TA 55 , j'ai décidé de me passer de la TA75 , c'est un gros investissement et je n'en  ai pas l'usage courant. En fait je me suis beaucoup servi de la TA 55.   Pas trop pour les coupes de précision,  je trouve les coupes un peu difficiles à contrôler , parfois parfaites, parfois un poil à côté. Ce n'est pas si simple de faire des coupes parfaites avec  cette scie, malgré sa précision. En charpente on travaille surtout en travers du bois et  il faut se faire un gabarit spécial,  réversible de surcroit sinon une fois sur deux on ne peut pas  le positionner contre une face de référence . Ensuite il faut mettre un serre joint sinon il  peut bouger avec l'effort de coupe à pleine profondeur. En plus le réglage de profondeur est difficile à régler parfaitement, et selon  qu'on coupe sur le gabarit ou sans gabarit,  ça fait cinq mm de différence. Pour ma part  je l'ai surtout utilisée pour recouper les grosses poutres à longueur,  pour dégrossir le travail lors de l'usinage des tenons. Bref pour du gros travail. Pour les coupes importantes, les épaulements de tenon, ce genre de truc,  je préfère nettement  l’égoïne,  je n'ai pas à réfléchir, il n'y a pas de surprise, on est tout le temps pil-poil sur la ligne,  finalement c'est moins fatigant!
Tiens justement voilà une exemple de coupe à la TA55


On a de la chance, pour une fois  la coupe est parfaite
Le tenon est terminé au ciseau, la précision n'est pas mauvaise (je n'ai pas fait de cliché inbtermediaire et je ne me souviens plus si j'ai dégrossi le tenon à la TA55  mais ça  n'est pas sûr: quand le fil du bois est bien régulier,  ça va aussi vite avec le seul  ciseau, sans bruit et sans envoyer de la  sciure partout!)


Maintenant regardez bien cette belle mortaise à la main , enfin à la perceuse et au ciseau:


On a creusé la mortaise il faut maintenant rectifier les bords. On verifie d'abord que la profondeur est  atteinte partout et que les parois sont en à peu près  verticales, avant la coupe de finition:

On rectifie les bords en plusieurs passes jusqu'à effacer le trait :
 


Je sors le "corner chisel", le ciseau à coins, pour rectifier les angles c'est extrêmement chic, n'est-il  pas:


Voila une mortaise qui est absolument parfaite et qui démontre que yé souis oune génie, comme disait  Salvador Dali , non sans raison non plus,  dois-je dire.  
Pardon? Il y a oune pétite  détail qui cloche? Vous cherchez pas la petite bête, vous des fois ? Ah bon,  la mortaise n'est pas au bon endroit, elle devrait être sur l'autre face? Euh... je ..c'est..  euh,  c'est parfaitement exact!  c’était pour voir si vous suiviez ! et aussi pour vous apprendre à corriger  les erreurs que vous ne manquerez pas de commettre en voulant imiter le Maître!  Eh oui,  je  sais bien tout le monde n'est pas aussi intelligent,  habile et   brillant que moi. Et modeste,  merci . C'est pourquoi je fais de temps en temps  une erreur VOLONTAIRE pour vous montrer comment on la répare!.
Dans le cas present , j'ai choisi à dessein une erreur simple et facile à reparer .  On coupe une bout  de bois à la dimension de la mortaise, on met plein de l'araldite partout partout (j'ai fait le mélange sur le patch, c'est autant de moins à nettoyer, encore un coup de génie, je sais)

On enfonce le patch à fond de cale.

Une fois la colle prise on arase ce qui dépasse au ciseau et au rabot

Bon maintenant vous avez compris une des raisons pour laquelle j'aime travailler à la main: si on me donne  une jolie machine qui travaille trois fois, quatre fois, dix fois plus vite,  on peut  installer en même temps un compteur gradué en kilo-conneries à l' heure  et prévenir le Guinness Book: y a du record dans l'air!

Désormais  je vais  adopter une  importante évolution technologique,  connue sous le nom de "méthode de la mortaise au bon endroit", et qui consiste  à réfléchir deux p.... de secondes avant de commencer . Sinon c'est exactement  la même technique!


Dernière édition par vincent91 le Lun 3 Oct 2016 - 19:19, édité 6 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  FredM le Lun 20 Avr 2015 - 21:33

Bonjour !!

Un bien bel Estwing de géologue, ma formation initiale !!! ;-)

J'admire ta façon de te mettre à la charpente !!

J'avoue que sur le chantier je ne prends pas le temps de travailler autant à la main..
par contre pour les tenons, j'utilise une demi bisaigue et c'est un outil vraiment classe, tres efficace
(ca ressemble à ça :

)

et la circulaire, c'est à la volée (mais pas la TS 55, une 85 mm le plus souvent) et avec la pratique on arrive à etre precis. Par contre je pique mes bois donc pas de gabarit...

Et pas de cheville provisoire en métal car j'assemble à l'atelier (quand atelier il y a ) puis quand tout est nickel je perce mes trous de cheville. puis démontage, transport et remontage sur place. Pas de tire, mais si l'assemblage etait bon, tout plaque. Dans le principe, les chevilles sont utiles au levage mais n'apportent pas de solidité à l'assemblage. Donc pour moi, la tire n'est pas nécessaire...

J'aimerai bien avoir l'avis de Toma la dessus, si d'aventure il passe par là !!

En tout cas, je vais continuer à te lire avec grand plaisir !!!

tres cordialement,

fredm

FredM
complétement accro
complétement accro

Messages : 2233
Points : 5326
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 46
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  6°sens le Lun 20 Avr 2015 - 21:42

Hey, les mecs, c'est Oliver et non Olivier.
OLIVER, comme Raymond Oliver, le cuisinier... un Top chef.
(°I=)
++
Renaud

_________________
« Heureux sont les fêlés, car ils laissent passer la lumière » M. Audiard
Un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi. Eugène Labiche
Quand on ne travaillera plus les lendemains des jours de repos, la fatigue sera vaincue. Alphonse Allais

6°sens
Modérateur
Modérateur

Messages : 5672
Points : 12338
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 63
Localisation : Cambrésis

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Lun 20 Avr 2015 - 21:46

Pardon Oliver.Il me semble que ce n'est pas la première fois que je t'appelle Olivier ? J'ai  l'esprit qui doit faire un twist sur ton nom   (un Oliver Twist ).

Fred
Merci de tes remarques.
J'avais le marteau de geologiste  sous la main,  l'ayant utilisé pour manipuler les grosses poutres. J'ai depuis acheté un marteau de charpentier qui y ressemble un peu : il a une pointe de ce type pour crocher dans le bois,  mais aussi une seconde dent plus courte,  formant  avec la premiere un opied de biche pour extraire les clous. Et de l'autre côté c'est un marteau de charpentier classique   avec  l' emplacement aimanté pour  maintenir  le clou qu'on va planter.  Nettement plus adapté à la charpente que le marteau de géologiste...

 Effectivement la demi-bisaigüe me parait  pratique et maniable comparée à  la grande bisaigüe classique des manuels: des lors que l'on ne creuse plus guère les mortaises avec cet outil, la seconde lame (coupant dans le plan perpendiculaire à la première) et l'inertie de la grande bisaigüe ne  sont plus gênantes qu'autre chose. L'outil se rapproche dès lors  du "framing chisel", le gros ciseau de charpentier que j'utilise .
Je prends note de ce que tu dis sur la scie circulaire, Une  85 mm est évidemment une machine professionnelle qui a d'autres capacité que la TA 55 mais aussi un autre poids , d' autres dangers me semble -il, et un autre prix ... Mais je retiens le principe  de travailler à la volée, ça  demande sûrement de l'entraînement, mais c'est comme ça que semblent travailler la plupart des professionnels. .

Qu'est-ce que tu appelles "pointer" les pièces et qui remplacerait le traçage aux gabarits?


Dernière édition par vincent91 le Lun 3 Oct 2016 - 19:26, édité 1 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  meles le Lun 20 Avr 2015 - 22:41

vincent91 a écrit:Qu'est-ce que tu appelles "pointer" les pièces et qui remplacerait le traçage aux gabarits?  

Même question que Vincent, mais à propos de "piquer" les pièces Very Happy. Pour la scie en 85, on en trouve à des tarifs raisonnables (chez hitachi par exemple).

meles
Admin
Admin

Messages : 7220
Points : 13999
Date d'inscription : 13/05/2011
Age : 45
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  FredM le Mar 21 Avr 2015 - 0:01

non pas pointer mais piquer : mettre en place les bois en pile verticale (sur epure le plus souvent) puis avec un fil a plomb (un fil a piquer...), reporter les endroits de contact au niveau des assemblages.
Ainsi meme avec des bois courbes ou gauches, les assemblages sont justes.
ca permet de faire de la charpente avec des bois tordus !!

bonne nuit !!
cordialement fredM
edit : oups Blaise, je n'avais pas vu ton message...

FredM
complétement accro
complétement accro

Messages : 2233
Points : 5326
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 46
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  meles le Mar 21 Avr 2015 - 0:12

Bon, avec les bons termes, c'est plus simple de trouver des réponses:



meles
Admin
Admin

Messages : 7220
Points : 13999
Date d'inscription : 13/05/2011
Age : 45
Localisation : Marseille

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  JoV le Mar 21 Avr 2015 - 5:18

Bonjour à tous,

Beau rattrapage de mortaise Vincent.
Ne penses tu pas que cela puisse affecter la solidité de la poutre ? Déjà qu’avec une mortaise directement derrière le tenon les fibres de bois qui traversent le tenon et la poutre ne se trouvent que sur la partie derrière la mortaise. Dans ce cas, sachant que le collage en bois de bout est médiocre au mieux, en colmatant la première mortaise et en en faisant une de l’autre côté il ne reste plus que les fibres entre les deux fonds de mortaises à condition que celles-ci soient moins profondes que la moitié de l’épaisseur de la poutre.
Je dis juste ça parce que c’est une question que je me serais posée, n’ayant aucune expérience en charpente, mais j'aurais essayé d'éviter sur un meuble.

Fred M : Un autre géologue boiseux, bigre ! On ne doit pas être tellement nombreux.

@+

JoV
posteur Régulier
posteur Régulier

Messages : 120
Points : 186
Date d'inscription : 01/01/2015
Age : 35

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  ebe3 le Mar 21 Avr 2015 - 7:51

bonjour à tout les bricolo,

je suis ce post et je vois que fred est de la partie écoutez le c'est un pro
donc je ne me mêlerai pas à la conversation puisque toutes les réponses
que je pourrai faire on déjà été relevé allez vas y Vincent j'adores la charpente.
bricoleusement ,
bon faut que j'aille bossé les outilles m’appelles et l'atelier mon saint Graal aussi.

ebe3
complétement accro
complétement accro

Messages : 1924
Points : 3841
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 51
Localisation : meurthe et moselle

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  FredM le Mar 21 Avr 2015 - 8:02

bonjour !!

Blaise ton schéma est super... D'ou le sors tu stp ??? peux tu nous mettre le lien ??? on voit  bien la plumée de dévers.. (l'endroit ou on met le niveau et qui est hachuré (et ressemble a une plume), afin d'eventuellement pouvoir remettre le bois dans sa position initiale une fois qu'il a été bougé de ses cales) mais il y a d'autres symboles que je ne connais pas pas et j'irai bien gratter !!!
HS : Comme tu dis, Jov, on doit pas être tres nombreux (dejà parce que y'a pas des tonnes de géologues, Vincent, géologist, c'est en anglais Very Happy ))
j'etais plutot sédimento.. et toi ???
fin du HS

bien cordialement
fredM

edit : salut Brice, nos messages se sont croisés !! bon je suis un pro en charpente c'est vrai , mais je n'ai pas dix ans d'experience, hein... et encore plein de choses à apprendre (mais ça, c'est tout la vie !!). Alors tu peux tout à fait te mêler à la conversation, ton experience du bois est toujours bonne à prendre !!!

FredM
complétement accro
complétement accro

Messages : 2233
Points : 5326
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 46
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  pompom37 le Mar 21 Avr 2015 - 8:18

Bonjour à Tous

Je suit ce fil en silence et je suis surleculté devant tant de savoir faire
apprendre la charpente avec des spécialistes comme vous est un honneur Very Happy
donc je continue à suivre avec délectation
Merci à vous Very Happy

_________________
Amicalement  Christian




Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche
La simplicité et la candeur sont les véritables rayons de la sagesse
Le sage se perd en combattant ses pensées, et l'insensé se perd en les suivant

pompom37
Modérateur
Modérateur

Messages : 3266
Points : 5455
Date d'inscription : 03/12/2009
Age : 60
Localisation : Tours

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  vincent91 le Mar 21 Avr 2015 - 10:09

Merci de ces precisions FredM et Meles
Je retiens le terme "piquer" et cette technique d'épure, empilage , fil-à-plomb, piquage, traçage. Qui permet d'utiliser des bois de formes atypiques , de gagner du temps fou et de la précision .
J'avais une vague notion que le professionnels travaillaient comme ça, mais dans mon cas , sans sol apte à tracer une épure , je ne pouvais utiliser que des bois sans défauts et me limiter à des formes de charpente simples. J'aimerai bien essayer ça la prochaine fois.
Ca m’entonnerait que je refasse une charpente de cette dimension tout de suite mais je vous promets d'y penser dans une semaine ou deux, dès  que j'aurai terminé celle -ci avec  le toit, les murs, le plancher , l’appentis,  les toilettes sèches,  et  deux trois bricoles pour mettre dedans.
Comme dit Roger(pretender49 ) rien n'est impossible quand on a la volonté,  et sans me vanter c'est vrai que je suis jeune, vigoureux , entreprenant , vif d'esprit, increvable  et immortel , enfin surtout quand j'ai forcé sur la  mirabelle!  

Jov, je  réponds à ta question sur la solidité du  montant, porteur de cette mortaise rebouchée.  Les deux mortaises  représentent   moins d'un tiers de la section d'un bois par ailleurs un peu surdimensionné. La règle couramment admise est un maximum   de trois mortaises et de  50% de bois évidé dans la section. En plus au dessus de la mortaise, il ya 5 cm de bois plein avant l'assemblage sus-jacent . J'ai dessiné la charpente en veillant à décaler   le niveau des entraits  et celui des  sablières pour que le montant n'ai pas plus de deux mortaises au même endroit. Quand on place trois mortaises au même endroit on crée a un point faible relatif dans l'assemblage et  jai trouvé plus élégant de l’éviter. Dans ce montant-ci, , normalement  une seule mortaise était prévue à cet endroit, et  en fait, avec ma bêtise en fait il  y en a deux. Mais  même en étant sévère et en considérant le rebouchage comme  purement cosmétique, on a de la marge...


Dernière édition par vincent91 le Dim 15 Mai 2016 - 21:24, édité 3 fois

vincent91
complétement accro
complétement accro

Messages : 1179
Points : 2436
Date d'inscription : 01/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  FredM le Mar 21 Avr 2015 - 10:25

PS notez , sur le schéma de Meles, la taille des crayons ( à mon avis exageree pour le visuel) : un tres grand "plat" (qui doit etre parfaitement plat, fait à l'ébauchoir, en poussant le tranchant loin de soi) . Ca permet de degauchir à l'oeil cette face plane du crayon avec une arete parallele (situee derriere) ou avec le fil à plomb et eviter ainsi les erreur de parallaxe...

amicalement,
fredM

FredM
complétement accro
complétement accro

Messages : 2233
Points : 5326
Date d'inscription : 30/07/2012
Age : 46
Localisation : Drôme

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  Ugo le Mar 21 Avr 2015 - 10:28

Ce forum est une mine d'informations, notamment grâce à de tels posts !
Ces pas à pas en images sont justes extraordinaires, et je ne sais comment remercier leurs auteurs pour le temps et l'esprit de partage que cela demande de réaliser de tels reportages. C'est un vrai plaisir à chaque fois !

vive le faux rhum

Ugo
complétement accro
complétement accro

Messages : 1088
Points : 2219
Date d'inscription : 22/12/2012
Localisation : Doubs

Revenir en haut Aller en bas

Re: construction d'un abri en charpente

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 8:44


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 13 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum